Jorna NEWBERRY

C. 1959 
 

Région/Groupe linguistique Irrunytju - Wingelina / Pitjantjara
Date de création 2015
Dimensions 30 x 30 cm
Médium Acrylique sur toile de lin
Référence JNEW05163
Prix Moins de 500 €

Retour à la galerie


Jorna Newberry est née vers 1959, elle est la nièce du célèbre artiste aborigène Tommy Watson, auteur d’une fresque qui orne l’un des plafonds du Musée du Quai Branly à Paris. Le journaliste-critique John McDonald a écrit notamment à son sujet dans le  « Sydney morning herald »: « A l’instar de Matisse, Watson sait que l’on peut avoir des nuances chaudes ou froides de rouges, de bleus, mais il le sait instinctivement sans aucune formation préalable. » 

Il semble que Jorna suit les pas de son oncle qui l’a beaucoup influencée dans son approche picturale, sa palette de couleurs vives et son approche abstraite en témoignent. Comme lui elle maîtrise parfaitement les couleurs.

Jorna a commencé à peindre au milieu des années 1990 à Warakurna. 

Ses peintures font référence au pays d’Irrunytju dans le désert Occidental, elle y représente des endroits sacrés traditionnellement empreints des connaissances spirituelles et des histoires ancestrales.
Plus tard,  elle rejoint le centre culturel d’Irrunytju et commence à peindre pour le groupe. 
Aujourd’hui elle vit entre Alice Springs, où vit sa famille, et Warakurna, choisissant ainsi de vivre entre le monde moderne et le monde traditionnel qui lui rappelle ses racines ancestrales.

Quand Jorna rejoint ses terres natales,  elle se joint aux femmes pour célébrer les cérémonies sacrées dans le bush. Elle tient à transmettre cette héritage à ses deux filles, et part notamment avec elle camper dans le bush,elle chasse le kangourou et les varans du désert et collecte de la nourriture du désert comme les fourmis à miel, les larves de « witchetty »(un papillon de nuit) et des baies.

Walpa Tjukurrpa (wind Dreaming) fait référence à la terre natale de sa mère à Utantja. Cette terre vallonée aux larges trous d’eau est un haut lieu sacré où ne nombreuses cérémonies, de danses sont célébrées. Elle est peuplée de Kangourou, de chameaux, de wallabies et d’oiseaux. La cérémonie du vent que Jorna relate sur cette toile, permet de créer la brise  nécessaire pour rafraîchir la terre brûlante. Le souffle du vent permet également de faciliter la chasse car les animaux chassés suivent son courant et ils sont alors plus facilement repérables.

Jorna began painting in mid-1990s at Warakurna, creating work for casual collectors. Her paintings refer to the country of Irrunytju in the Western desert and the significant places, traditionally of spiritual knowledge and the ancestral stories, which are in bedded in the land.
Later she joined the Irrunytju arts centre and started painting for this group.

She currently splits her time between Alice Springs, where her family live, and Warakurna, choosing to live between modern culture and a more traditional one ofher Indigenous heritage.

When Jorna is in her lands, she often goes bush with the women of the community for sacred ceremonies, passing on the knowledge of her heritage onto her two daughters. When she goes camping, she hunts for kangaroo and goanna and collects bush tucker such as honey ants, witchetty grubs and berries.

Her style is multi-layered and abstract to maintain the secrecy of important culture matters.

 She has worked closely with her famous uncle, Tommy Watson and developed her own style.
« Tommy has had a big influence on me. He teaches me to be respectful in the way I paint » she says, favouring a more abstract approach to her work rather than the figurative approach of the Papunya Tula artists.
Jorna Newberry uses a very vibrant and dramatic palette in her artworks, reds and purples that are familiar from the artwork of Tommy Watson. The canvases are alive with linear dotted flows that describe movement, culture and history. 

Walpa Tjukurrpa (Wind Dreaming) relates to her mother’s country at Utantja, a large stretch of sacred ceremonial land that has hilly country and a large rock hole where many people come from time to time to paint up, dance and do ceremony. It is a country filled with kangaroos, camels, rock wallabies and birds.

« The wind ceremony forms winds, creates air to cool the lands…. » Jorna explains that wind also helps in hunting as being downwind from animals makes it easy to hunt successfully.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  




Demande de renseignements sur l'oeuvre

Référence oeuvre (*)

Votre nom (*)

Votre email (*)

Votre N° de téléphone

Votre message(*)

Merci de procéder au paiement de votre achat selon les conditions générales et particulières de vente convenues par mails


Convertisseur de devises






Merci de votre paiement …

Retour à la galerie

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •